Vincente Lhoste

vincente

« Renforcer le rapport humain dans une action action qui ne pourrait être que pécuniaire »

Vincente Lhoste
Consultante en art
Montréal, Canada

Quelle est votre vision de l’art ?

Mon travail de consultante en arts m’amène naturellement à aborder l’art comme un marché. Un marché québécois plein de potentiel, dont les artistes possèdent un esthétisme propre qui ne se retrouve nulle part ailleurs au Canada. Un marché pourtant moins actif qu’ailleurs, en l’absence d’une tradition d’achats et d’un manque de collections privées. Mon rôle est en quelque sorte de stimuler ce marché au profit des artistes.

Quelle a été l’étincelle qui vous a amenée à devenir gestionnaire culturelle ?

Je ne sais pas s’il y a eu une étincelle, mais c’est pour moi une vocation : je ne me vois pas faire autre chose. J’ai su très jeune que je travaillerai dans les arts. Par la suite, j’ai fait des études assez larges en sachant que je travaillerai avec des artistes, quel que soit le domaine que je choisirais au final.

Collectionner, c’est une passion pour moi et je suis maintenant convaincue que c’est quelque chose qui s’inculque et qui s’apprend. Alors oui, j’aurais pu travailler en milieu muséal, faire de la médiation ou de la pédagogie. Mais je suis une vendeuse, c’est comme ça, c’est ma personnalité : il faut savoir s’accepter ! Aujourd’hui, je travaille avec une cinquantaine d’artistes sur une base régulière.

Qu’est ce qui vous allume dans votre travail ?

Forger un lien entre un artiste et un collectionneur. Il ne s’agit pas juste de vendre une toile pour l’accrocher sur un mur. Une grande partie de mon travail consiste à « éduquer » l’acheteur pour en faire un collectionneur plus averti. Je tiens vraiment à renforcer le lien humain dans une transaction qui pourrait n’être pécuniaire. Pour l’acheteur, il s’agit d’apprendre à vivre avec une œuvre, de ne pas avoir peur de vivre avec l’art et surtout de ne pas avoir peur de ses propres goûts. Acheter de l’art, c’est également soutenir un artiste dans sa carrière, en acceptant de le suivre dans la durée.

J’aime vraiment accompagner les clients dans ce processus qui les amène à entrer en contact avec l’artiste, à se mettre à l’écoute de sa création. J’ai récemment vendu une œuvre à un couple de clients, et après la vente, l’artiste est venue me voir pour me dire « Je suis heureuse que ce soient eux qui l’aient achetée ». C’est ce genre de moment qui me rend heureuse dans mon travail.

Quelle est la chose que vous changeriez dans votre travail si vous en aviez la possibilité ?

Ce qui m’ennuie profondément, ce sont les personnes qui prétendent apprécier l’art sans même s’y intéresser véritablement. Les arts visuels, et l’art en général, peuvent être associés à quelque chose de très superficiel. C’est très facile d’acheter une œuvre « parce que ça fait bien ». A titre de consultante, ma démarche se place en opposition complète avec cette attitude qui génère des modes, des tendances dans le marché de l’art qui ne reflètent pas la réalité des talents qui y évoluent.

Par ailleurs, il n’est pas rare que Monsieur et Madame Tout-le-monde associent l’art à un loisir, et par conséquent ne conçoivent pas la pratique artistique comme une activité méritant salaire. On a toujours des réflexions du genre « Mon fils de 3 ans pourrait faire ça ». Ce à quoi je réponds généralement : « Si c’est le cas, je suis inquiète pour lui ». Il y a un véritable manque de légitimité à gagner de l’argent, et cela se manifeste dans les salaires en vigueur dans le milieu mais notamment au moment de la négociation des prix des œuvres avec les clients. Négocier « rough » à la baisse, ce n’est pas respecter le travail de l’artiste. Je ne blâme pas les personnes qui agissent ainsi: c’est souvent un manque d’éducation sur le temps de travail et le temps de formation de l’artiste. Alors la majeure partie de mon travail consiste à inculquer aux gens le respect et la valeur de la production qui reste un investissement en temps et en argent, au même titre que toute autre production de bien.

Laisser un commentaire