Qui sommes-nous?

Fanny
                     fanny

Devise : Nous nous nourrissons d’inconnu! Le défi étant notre nectare, le résultat notre ivresse.

Héros : Celui qui m’éblouit tout simplement

Exploit : Fait de la course d’orientation en pleine tempête avec une chaussure.

Particularité : s’exprime régulièrement avec des onomatopées.

Défaut : N’a d’égal à son appétit des projets de grandeur que le nombre de bouclettes qui composent sa tignasse.

Il était une fois :
Traverser l’ Atlantique a certainement été un élément décisif de ma vie. Et les autres escapades qui ont suivi, aussi! Dix pays d’ Europe et d’ Amérique du nord à l’ actif, ça fait beaucoup d’ univers, de saveurs, de musiques, de langues, et de paysages à découvrir et dont profiter.
Au stade duveteux de mon évolution, je me suis découverte une faim artistique inassouvie pourtant alimentée de façon variée par mes parents. Bac S en poche, ce sont mes migrations estudiantines vers Metz puis Reims qui m’ ont apporté la nourriture théorique en gestion de projets culturels et mon master en droit des entreprises culturelles.

En parallèle, j’ ai additionné les heures de vol dans les équipes de festivals,de théâtre, d’ agence de communication ou de booking et celle de Muséum d’ histoire naturelle avec des missions en production, diffusion, communication et médiation. Chacune m’ a apporté ma quantité indispensable d’ expériences, de rencontres et de défis. Finalement, Le Cabaret n’ est que l’ aboutissement de cette envie de faire goûter aux petits et aux grands les joies des multiples influences culturelles.

Julia

Julia

Devise : Qui s’y frotte, s’y pique

Héros : tout ce qui est libre, courageux et juste

Exploit : Fait des bulles avec sa bouche

Particularité : tache de rousseur dans la paume de la main

Défaut : Pontifiante

Il était une fois :
Une petite fille que ne savait pas vraiment si elle voulait partir avec le cirque (le Cabaret Équestre de Zingaro à 4 ans, ca marque une enfance), ou devenir Présidente de la République (on est tous présomptueux quand on a 8 ans). Et puis pan dans les dents : le Roi Lear par la Royal Shakespeare Company. Ok, on s’en remet : Aristote et sa catharsis nous enseignent que l’expérience du théâtre, c’est un ticket pour la sagesse sans les coups de pieds de la réalité. L’équilibre entre la carthésienne psychorigide et le jeune chien foufou se construit.

Bac S mention Très Bien, Hypokhâgne classique (toi aussi, apprends à parler latin en un an), Sciences-Po pour me remettre les idées en place, et me voilà qui traverse l’Atlantique pour un DESS en Gestion des organismes culturels à HEC Montréal. Bye le moineus europeanus, allo le cardinalus borealus. Montréal où je vis depuis 2007. Relations presse à Jazz in Marciac, co-directrice au contenu au magazine musical Louïe, avant d’être responsable des partenariats privés puis directrice d’une salle de spectacle et enfin administratrice d’une compagnie de danse contemporaine rayonnant à l’international. Programmation, développement, financement, production, gestion. Jack of all trades, parce que la curiosité devrait être une évidence.

Et puis ce besoin de partager : Le cabaret des oiseaux, drôle de nom pour de drôles d’oiseaux. On fait un voeu en jetant la pièce dans cette fontaine ? Qu’ensemble nous connaissions stupeur, émerveillement, fantaisie, richesse, chance, aventure, amitié, empathie et ouverture. Que les dragons se planquent, la chasse est ouverte.

Sarah

Sarah

Devise : Il ne faut laisser à personne le droit de cacher le ciel de ceux qui veulent encore rêver

Héros : Alexandra David Nheel

Exploit : Peut gober vingt oeufs à la fois

Particularité : température interne contrôlée par les pieds

Défaut : a arrêté de les compter

Il était une fois :
Une famille de rouges gorges qui avait fait son nid en Lorraine. Les parents élevés leurs oisillons en leur donnant toute la nourriture spirituelle et gustative qu’ils pouvaient trouver pour assouvir leur faim de piailleurs. Une fois l’an, les parents prenaient leur petite troupe sous leurs ailes et partaient à la découverte du monde. Parmi tout ce petit monde : Moi, ayant pris goût à toutes ces découvertes, étais toujours affamée. A ce point, que la nourriture de mes parents, aussi bonne soit-elle, ne me suffisait pas! Mon rêve ? User mes ailes à parcourir le monde et aller à la rencontre de l’étranger.

Oisillon dégingandé devenu jeune rouge gorge, je trouva finalement que par le biais de l’Architecture, j’ arriverais à allier découverte et anthropologie. Je migrai donc vers Bruxelles, mon Bac S sous mon aile pour y aiguiser ma curiosité et mon humanisme pour servir au mieux cet Autre désormais appelé le client.

Au cours de ma 4e année, j’ai eu l’opportunité de travailler pour le Cafézoïde, 1er café culturel pour les enfants situé dans le 19e arrondissement de Paris avec Clara Simay, Anne Marie Rodenas et Eloi Miehe pour y réaliser le « carrouzoïde », manège mécanique et nomade. Esbaudis devant tant de rencontre, de partage, de richesse, de chaleur, de créativité, de découverte dans ce café, que j’en perdis mes plumes. Après une année de recherche, j‘en conclus qu’ici, un tel lieu se devait d’exister.

Aujourd’hui, mon envie en ouvrant ce lieu ? Y partager avec piailleurs et piailleuses, naissants et grandissants, duveteux et plumés, poilus et nus, fiers et courts sur pattes : rencontre, partage, découverte, création, chaleur, joie et alchimie.

C’est parti ! Explorons l’inexploré !